"Je pense qu'avec eux tout l'enfer est chez moi" BOILEAU Satires VI

SYSTEME



Ton adversaire apparaît.



Il est cubique, titanesque, froid.

Il est doté de chenilles qui écrasent tout.

C'est le système social dans lequel tu es inséré.

Sur ses tours tu reconnais plusieurs têtes.

Il ya celles de tes professeurs, de tes chefs hiérarchiques, des policiers, des militaires, des prêtres, des politiciens, des fonctionnaires, des médecins qui sont censés te dire si tu as agi bien ou mal et le comportement que tu dois adopter pour rester dans le troupeau.

C'est le Système.

Contre lui ton épée ne peut rien.

Quand tu le frappes, le Système te bombarde de feuilles : carnet de notes, P.V., formulaire de Sécu à compléter si tu veux être remboursé, feuilles d'impôts majorés pour cause de retard de paiement, formulaires de licenciement, déclaration de fin de droit au chômage, quittances de loyer, charges locatives, électricité, téléphone, eau, impôts fonciers, redevance, avis de saisie d'huissier, menace de fichage à la banque de france, convocations pour éclaircir ta situation familiale, réclamation de fiche d'état civil datée de moins de deux mois...

Le Système est trop grand, trop lourd, trop ancien, trop complexe.

Derrière lui, tous les assujettis au Système marchent enchainés.

Ils remplissent hâtivement au stylo des formulaires.

Certains sont affolés car la date limite est dépassée.

D'autres paniquent car il leur manque un papier officiel.

Certains essaint, quand c'est trop inconfortable de se dégager un peu le cou.

Le Système approche.

Il approche, et tend vers toi un collier de fer qui va te relier à la chaîne de tous ceux qui sont déjà ses prisonniers.

Il avance en sachant que tout va se passer automatiquement et que tu n'as aucun choix ni aucun moyen de l'éviter.

Tu me demandes que faire.

Je te réponds que, contre le Système, il faut faire la révolution.

La quoi ?

La Révolution.

Tu noues alors un turban rouge sur ton front, tu saisis le premier drapeau qui traîne et tu le brandis en criant : "Mort au système".

Je crains que tu ne te trompes.

En agissant ainsi, non seulement tu n'as aucune chance de gagner, mais tu renforces le Système.

Regarde, il vient de resserrer les colliers d'un cran en prétextant que c'est pour se défendre contre "ta" révolution.

Les enchaînés ne te remercient pas.

Avant, ils avaient encore un petit espoir d'élargir le métal en le tordant.

A cause de toi, c'est encore plus difficile.

Désormais, tu as non seulement le Système contre toi, mais tous les enchainés.

Désolé, j'aurais dû t'avertir.

Le Système se nourrit de l'énergie de ses adversaires.

Parfois, il fabrique leurs drapeaux.

Puis, les leur tend.

Tu t'es fait piéger!



Bernard WERBER